Donner la parole aux Canadiennes préoccupées par le cancer du sein

Éducation

Publications
& ressources

Le cancer du sein : répercussions économiques et réinsertion dans la population active 2010

Ce rapport est la première étude complète traitant de la réinsertion dans la population active après un diagnostic et des traitements de cancer du sein. Il analyse les répercussions financières du cancer du sein et met en évidence les coûts directs et indirects assumés par les Canadiens et leurs familles pendant leur combat contre la maladie. Le rapport établit le cancer du sein comme une question économique et une question de santé.  

Le rapport Le cancer du sein : répercussions économiques et réinsertion dans la population active a été élaboré sur la base des résultats d’un sondage national auprès de 446 Canadiens ayant récemment reçu un diagnostic du cancer du sein. Le sondage a été réalisé en 2009 par Pollara, une firme de recherche sur l’opinion publique et l’étude du marché. Des participants au sondage en ligne, 98% étaient des femmes et 97% étaient en âge de travailler (de 18 à 64 ans) au moment du diagnostic.

Objectifs 
Le rapport Le cancer du sein : répercussions économiques et réinsertion dans la population active a comme objectif de:

  • sensibiliser le public au coût du cancer du sein et à ses répercussions sur la situation économique et la santé
  • améliorer la réinsertion des Canadiennes et des Canadiens dans la population active après un diagnostic de cancer du sein et les traitements

Impact économique :

  • Pour 80% des participant-es, la maladie a eu un impact financier
  • Les prestations de l’Assurance-emploi (AE) sont versées pendant 15 semaines; en moyenne, on note une période de 23 semaines sans couverture par l’AE pendant le traitement
  • 44% des participant-es ont utilisé leurs économies
  • 27% des participant-es se sont endetté-es
  • Un/une participant-e sur cinq est retourné-e au travail avant son rétablissement complet en raison de contraintes financières
  • Les patient-es recevant une chimiothérapie ont subi une plus grande perte de revenu ménager et ils étaient 49% plus susceptibles de s’absenter du travail pour plus que 16 semaines.

Réinsertion dans la population active :

  • 81% des participant-es occupaient un emploi à temps plein, à temps partiel ou étaient travailleur autonome au moment du diagnostic
  • 16% des participant-es ont vécu une cessation d’emploi et 12% d’entre eux ne pouvaient pas reprendre leur ancien emploi avec le même titre et le même salaire
  • 45% des participant-es ont noté une diminution de leurs capacités physiques
  • le nombre de participant-es travaillant à temps plein au retour au travail a diminué de 16% comparé à la situation avant le diagnostic
  • 20% des participant-es ont indiqué que le retour progressif au travail avait facilité la réinsertion

Pour que ça change
Chaque année, environ 22000 Canadiennes et Canadiens reçoivent un diagnostic de cancer du sein. Leur situation économique joue un rôle clé pendant leur guérison. Le RCCS lance un appel à l’action à tous les organismes et personnes concernés à se réunir dans un groupe de travail pour étudier la politique du travail, les prestations d’assurance et les structures d’aménagement en milieu de travail pour que le tout correspond davantage à la réalité des traitements de cancer du sein et de la réinsertion dans la population active. Le groupe de travail :

  • Travaillera avec les décideurs fédéraux pour améliorer les critères d’admissibilité et la durée des versements des prestations-maladie de l’assurance-emploi
  • Travaillera avec les gouvernements provinciaux et territoriaux pour obtenir la couverture complète des traitements de cancer du sein
  • Établira des relations avec les employeurs, les syndicats et les associations professionnelles afin d’élaborer et partager des meilleures pratiques pour faciliter la réinsertion
  • Initiera le dialogue avec l’industrie d’assurance au sujet de l’invalidité à court et à long terme et d’une extension des services de prestation-maladie
  • Collaborera avec d’autres organismes de femmes et des organismes dans le domaine du cancer et des maladies chroniques pour travailler ensemble à promouvoir les changements nécessaires mis en évidence dans ce rapport

Remerciements spéciaux
La Société du cancer du sein du Canada a financé la recherche et Janet Dunbrack a rédigé le rapport. GlaxoSmithKline a assuré la traduction, la conception artistique et l’impression du rapport.

Télécharger

PARTAGER

Médirepère

Où sont offerts les médicaments contre le cancer métastatique au Canada

Recherche rapide

Nos témoignages