Donner la parole aux Canadiennes préoccupées par le cancer du sein

Information

Notions de base sur le cancer

Votre rapport de pathologie

Un rapport de pathologie est rédigé chaque fois qu’un échantillon de tissu ou de cellules est examiné pour y détecter la présence de cellules anormales ou cancéreuses. Il inclut les résultats de la biopsie initiale, de la tumorectomie (une intervention chirurgicale pour retirer la tumeur et des tissus situés tout prêts) et de la mastectomie (l’ablation, par chirurgie, de la totalité du sein).

Les résultats de tous ces tests constituent votre rapport de pathologie complet et peuvent vous aider, vous et votre équipe médicale, à prendre des décisions à propos de votre traitement et de vos soins. En plus de la stadification, le rapport de pathologie spécifiera les éléments suivants :

  • Il identifiera si les échantillons de cellules ou de tissu sont cancéreux ou non. Si les cellules suspectes s’avèrent être non cancéreuses, le rapport indiquera que les cellules sont bénignes. Votre professionnel de la santé voudra peut-être toutefois continuer à effectuer un suivi dans votre cas.
  • Si des cellules carcinoïdes (malignes) sont détectées, le rapport peut préciser si le cancer est non-infiltrant (in situ), c’est-à-dire qu’il est confiné au lobule ou au canal, ou infiltrant, c’est-à-dire qu’il s’est propagé au-delà du lobule ou du canal d’origine.
  • Le rapport attribue également un grade au cancer qui est en fait une façon de mesurer à quel point les cellules cancéreuses diffèrent des cellules saines, normales. Dans une tumeur de grade 1, les cellules ne se distinguent des cellules normales que très légèrement en apparence et en organisation. Ces tumeurs sont qualifiées de tumeurs de bas grade, ce qui signifie qu’au microscope, les cellules semblent presque normales, bien différenciées. Elles se multiplieront et se propageront vraisemblablement plus lentement que les cellules de plus haut grade. Les cellules cancéreuses de grade 2 ne ressemblent pas à des cellules normales. Elles sont décrites comme étant de grade intermédiaire et elles sont modérément différenciées. Elles ont tendance à croître légèrement plus rapidement que celles qui sont normales. Les cellules de grade 3 sont considérées de haut grade, ce qui veut dire qu’elles ont l’air anormales au microscope, qu’elles sont peu différenciées. Elles s’apparentent peu à des cellules normales au chapitre de l’apparence, de l’organisation et de la structure. Elles croissent et se propagent rapidement.
  • L’élément suivant du rapport de pathologie concerne les marges de tissu prélevé. Au cours de l’opération pour retirer la tumeur, le chirurgien enlève la tumeur ainsi que du tissu sain qui l’entoure (la marge). Cette marge est examinée pour déterminer si elle contient ou non des cellules cancéreuses. Si les marges sont négatives, elles ne contiennent pas de cellules cancéreuses. Un résultat positif signifie que des cellules carcinoïdes sont visibles dans l’échantillon et qu’il pourrait être nécessaire de procéder à une autre intervention chirurgicale. Une marge proche signifie que des cellules cancéreuses se trouvent près du rebord de la marge prélevée, mais sans le toucher. Dans ces cas, une autre opération pourrait devoir être pratiquée. Il importe de noter que la largeur de tissu sain requise pour affirmer qu’il n’y a plus de cellules cancéreuses ne fait pas l’objet de normes clairement définies. Discutez avec votre fournisseur de soins de santé si vous avez des questions au sujet des marges chirurgicales.
  • Le rapport de pathologie traite également d’envahissement lymphovasculaire, c’est-à-dire le passage des cellules du cancer du sein dans les vaisseaux sanguins ou lymphatiques du sein, en le qualifiant de présent ou d’absent. S’il est présent, cela pourrait signifier un risque accru de propagation du cancer au-delà du sein ou de récidive.
  • Un autre élément du rapport de pathologie est le degré d’atteinte ganglionnaire. Les ganglions agissent comme des filtres du système lymphatique du corps. La lymphe circule entre les cellules et recueille les déchets pour les acheminer aux ganglions qui filtrent. La présence de cellules cancéreuses dans les ganglions est associée à un risque accru de propagation du cancer. On parle dans ce cas-ci d’un résultat positif. Le rapport de pathologie spécifie le nombre de ganglions lymphatiques qui contiennent des cellules carcinoïdes et la quantité de ces cellules dans chacun. Le rapport peut également mentionner si le cancer s’est propagé au-delà des ganglions lymphatiques. Un résultat négatif signifie que les ganglions lymphatiques ne contiennent pas de cellules cancéreuses.
  • Finalement, le rapport de pathologie s’intéresse aux récepteurs hormonaux (si les récepteurs d’œstrogènes et de progestérone sont positifs ou négatifs) et au statut HER2.

Lorsque vous comprenez votre rapport de pathologie, vous êtes mieux préparée à prendre des décisions au sujet de vos traitements en collaboration avec votre équipe de soins.

PARTAGER

MÉDIREPÈRE

Où sont offerts les médicaments contre le cancer métastatique au Canada

Recherche rapide

Nos témoignages