Donner la parole aux Canadiennes préoccupées par le cancer du sein

Éducation

blogue À nous la parole

Des nouvelles sur la recherche en provenance de l’ASCO 2019

Les mises à jour sur les plus récentes recherches présentées à la conférence 2019 de l’American Society of Clinical Oncology s’avèrent toujours intéressantes. Voici ce que vous devez savoir.

Le ribociclib augmente la survie globale des femmes atteintes d’un cancer du sein métastatique HR+ ne surexprimant pas la HER2.

L’ajout de ribociclib, un inhibiteur des CDK 4 et 6, à une hormonothérapie standard améliore la survie globale des jeunes femmes qui ne sont pas encore ménopausées. Soixante-dix pour cent des patientes qui ont reçu les deux types de médicaments étaient vivantes après 42 mois, comparativement à 46 % des femmes qui ont été traitées par une hormonothérapie seule.
Apprenez-en plus (en anglais seulement)

Les patientes atteintes d’un cancer du sein métastatique dont la tumeur présente une forte charge mutationnelle répondent bien au pembrolizumab en monothérapie

La charge mutationnelle tumorale (TMB) mesure les mutations des cellules tumorales. Les patientes atteintes d’un cancer du sein métastatique chez qui entre 9 et 37 mutations ont été trouvées dans le cadre d’analyses génomiques ont obtenu une survie sans progression médiane de 10,6 semaines et une survie globale de 31,6 semaines.
En savoir davantage (en anglais seulement)

Les données primaires de l’étude portant sur l’association entre l’Imprime PGG et le pembrolizumab

L’étude de phase II IMPRIME 1 examinait 44 patientes atteintes d’un cancer du sein triple négatif métastatique qui avaient déjà reçu un traitement. Elle servait à évaluer l’association d’Imprime PGG, une immunothérapie, avec le pembrolizumab. Les résultats ont révélé un taux de réponse globale de 15,9 % et une survie globale médiane de 13,7 mois. Après 12 mois, 64,2 % des patientes étaient vivantes.
En savoir plus (en anglais seulement).

Le margetuximab a amélioré la survie sans progression des patientes atteintes de cancer du sein métastatique HER2+

Les patientes qui ont participé à l’essai de phase II SOPHIA étaient atteintes d’un cancer HER2+ et avaient déjà reçu des traitements avant de se voir administrer le margetuximab, un anticorps qui cible la HER2. Elles ont obtenu une survie sans progression médiane de 5,8 mois comparativement à 4,9 mois pour celles traitées à l’aide du trastuzumab. Chez les patientes porteuses de l’allèle CD16A-F, la survie sans progression médiane était de 6,9 mois pour les femmes ayant reçu le margetuximab et de 5,1 mois pour celles traitées avec le trastuzumab.
Apprenez-en davantage (en anglais seulement).

Le capivasertib associé au fulvestrant double la survie sans progression chez les patientes atteintes d’un cancer du sein métastatique ER+

Cet essai de phase II portait sur les patientes ménopausées atteintes d’un cancer du sein à un stade avancé ou métastatique à récepteurs d’œstrogène positifs. La survie sans progression est passée de 4,8 mois à 10,3 mois grâce à l’ajout d’un inhibiteur de la voie AKT, le capivasertib, au traitement par le fulvestrant. Le nombre de réactions indésirables et d’effets secondaires, comme la diarrhée, les éruptions cutanées et l’hyperglycémie, a également augmenté.
Apprenez-en plus (en anglais seulement).

Photo par Lance Anderson sur Unsplash