By continuing to use our site, you consent to the processing of cookies, user data (location information, type and version of the OS, the type and version of the browser, the type of device and the resolution of its screen, the source of where the user came from, from which site or for what advertisement, language OS and Browser, which pages are opened and to which buttons the user presses, ip-address) for the purpose of site functioning, retargeting and statistical surveys and reviews. If you do not want your data to be processed, please leave the site.

La Voix Des Personnes Atteintes D'un Cancer Du Sein

Éducation

blogue À nous la parole


Category : Témoignages

Dix ans : d’un cancer précoce à un cancer avancé

Il y a cinq ans, j’écrivais que cela faisait cinq ans que l’on m’avait annoncé que j’avais un cancer du sein. Six mois après cette nouvelle, on m’a annoncé qu’il était au stade 4. Je faisais partie des 30 % de femmes atteintes d’un cancer du sein au stade précoce qui se transformait en cancer métastatique.

Donner et recevoir du soutien

J’ai finalement réussi à regarder l’épisode de « The Reunion » de Friends et les deux premiers épisodes de And Just Like That… Et une pensée m’est venue à travers le flot de nostalgie, de fous rires et de larmes que j’ai ressentis en regardant ces épisodes : c’est ça soutenir et être soutenue. Bien sûr, il ne s’agit que de séries télévisées, mais si j’ai pu ressentir la connexion et l’amour qu’il y avait entre les différents personnages à travers mon écran de 29 pouces, d’autres ont certainement dû les ressentir aussi. Je suis sûre que c’est la raison pour laquelle ces séries ont autant de succès.

Le dépistage pour toutes !

Il y a un peu plus de deux mois, j’ai commencé à ressentir des douleurs étranges dans mon sein droit. Une sensation lancinante qui irradie du côté droit jusqu’au mamelon et en dessous du sein. Elle apparaît parfois quand j’appuie mon bras contre mon sein ou quand je bouge tout le bras. De temps en temps, je la sens quand mon bras repose contre ma poitrine. Toucher la zone avec les doigts ne fait qu’accentuer la douleur, et pourtant, comme je semble être incapable de contrôler mes impulsions, je passe mon temps à appuyer dessus pour vérifier que ça fait toujours mal. Ça fait toujours mal.Il y a un peu plus de deux mois, j’ai commencé à ressentir des douleurs étranges dans mon sein droit. Une sensation lancinante qui irradie du côté droit jusqu’au mamelon et en dessous du sein. Elle apparaît parfois quand j’appuie mon bras contre mon sein ou quand je bouge tout le bras. De temps en temps, je la sens quand mon bras repose contre ma poitrine. Toucher la zone avec les doigts ne fait qu’accentuer la douleur, et pourtant, comme je semble être incapable de contrôler mes impulsions, je passe mon temps à appuyer dessus pour vérifier que ça fait toujours mal. Ça fait toujours mal.

Faire d’une crise une occasion de développement

Il n’y a pas de moment idéal pour apprendre qu’on a le cancer. Quand j’ai appris la nouvelle, ma famille et moi étions sur le point de partir en vacances en Australie. Cela faisait quelques mois que j’avais commencé à me remettre en forme et je me sentais tellement bien que je n’arrivais pas à croire que quelque chose n’allait pas. Et pourtant... J’avais un cancer du sein de stade II qui affectait deux ganglions lymphatiques. Il faudrait donc peut-être annuler nos vacances pour que je puisse me faire opérer.

Le rire est vraiment le meilleur remède !

Dans la vie, il y a deux façons de réagir dans les pires moments : se laisser abattre ou se battre. Cela ne m’a jamais paru aussi vrai que lorsque j’ai appris que j’avais un cancer du sein. Pour moi, je n’avais pas d’autre choix que de me battre avec le sourire et d’être aussi positive que possible, même si je devais faire semblant. Mes fils me regardaient avec les yeux effrayés et le cœur triste. Ce moment serait l’un des moments décisifs de leur vie et j’étais — et je le suis toujours — déterminée à en faire un moment d’apprentissage : comment faire face à l’adversité et pourquoi le mental peut être déterminant. Des choses que nous devrions tous savoir.

Pourquoi militer pour le dépistage du cancer du sein? Et pourquoi est-ce si important quand on a été ou qu’on est soi-même atteinte d’un cancer du sein?

Si, aujourd’hui, j’écris un article un peu différent, c’est parce qu’octobre est le Mois de la sensibilisation au cancer du sein. Cet article ne nous ait pas destiné qu’à nous, patientes, mais à toutes les femmes qui viennent d’apprendre ou qui apprendront bientôt qu’elles sont atteintes d’un cancer du sein.

Respirez !

J’ai appris que j’avais un cancer du sein en décembre 2019. J’avais 47 ans et j’étais en bonne santé, heureuse et au summum de ma carrière. Juste au moment où je venais de dire à mon mari, avec qui j’étais mariée depuis 25 ans, que la vie est merveilleuse, notre vie s’est arrêtée : « vous avez un cancer du sein ».

La sensibilisation au cancer du sein va au-delà du ruban rose

La sensibilisation au cancer du sein va au-delà du ruban rose. Voilà, c’est dit! C’est plus que de dire que le cancer du sein existe. Tout le monde sait que ce cancer existe et pratiquement tout le monde connaît quelqu’un qui en a été atteint. Et pourtant, on entend encore des patientes dire « si j’avais su ».

Ma poitrine... Mes seins!

On peut dire que je pense beaucoup à ma poitrine. Oh, j’ai écrit « poitrine ». Pas seins, totons, tétés, nichons ni même boules. C’est ça d’avoir eu un cancer du sein. Je ne parle plus en termes de « seins », mais de « poitrine ».

Apprendre que l’on a un cancer du sein pendant une pandémie

Je m’appelle Katharina. J’ai appris que j’étais atteinte d’un cancer du sein de stade 2a en mars 2020, juste au début de la pandémie. J’avais 25 ans. J’ai dû faire les examens et aller aux traitements toute seule, sans personne pour me soutenir.