By continuing to use our site, you consent to the processing of cookies, user data (location information, type and version of the OS, the type and version of the browser, the type of device and the resolution of its screen, the source of where the user came from, from which site or for what advertisement, language OS and Browser, which pages are opened and to which buttons the user presses, ip-address) for the purpose of site functioning, retargeting and statistical surveys and reviews. If you do not want your data to be processed, please leave the site.

La voix des personnes atteintes d'un cancer du sein

Éducation

blogue À nous la parole

Du passé au présent : célébrons la Journée internationale des essais cliniques et la recherche sur les traitements contre le cancer du sein

À l’initiative de l’Association of Clinical Research Professionals, chaque 20 mai, nous célébrons la Journée internationale des essais cliniques afin de reconnaître le rôle essentiel des essais cliniques dans la recherche et la découverte de nouveaux traitements pour de nombreuses maladies, dont le cancer du sein. Ce jour a été choisi en l’honneur d’un chirurgien écossais, le Dr James Lind, qui, en mai 1747, a mené ce que tout le monde considère maintenant comme le premier essai clinique au monde. À l’époque, le Dr Lind travaillait à bord du Salisbury, un navire de la Royal Navy qui était en train de maintenir un blocus dans la Manche.

Au XVIIIe siècle, beaucoup de marins mourraient du scorbut, une maladie causée par le manque de vitamine C dans l’alimentation. Le Dr Lind mit au point un traitement avec l’aide de seulement 12 hommes, qui avaient pratiquement le même gabarit et la même alimentation, et qui, sur ses instances, dormaient également au même endroit sur le navire. Il constitua des paires randomisées et administra un traitement différent à chaque paire, comme boire du vinaigre trois fois par jour, ou prendre une teinture d’acide sulfurique dilué ou une pâte médicinale une fois par jour pendant deux semaines. Les deux hommes qui avaient reçu pour consigne de manger des oranges et des citrons furent les seuls à connaître une amélioration fulgurante de leur état après seulement six jours. Malheureusement, le Dr Lind manqua d’efficacité dans la promotion de sa découverte et ce n’est qu’à partir de 1795 que les marins de la marine britannique furent obligés de prendre une once de jus de citron quotidiennement, ce qui eut pour effet de pratiquement éradiquer le scorbut.

Aujourd’hui, les essais cliniques, tels que les définit Clinical Trials Ontario, « sont un type d’études menées sur des êtres humains et dont le but est de mettre à l’essai des interventions thérapeutiques. Ils permettent ainsi de déterminer l’innocuité et l’efficacité de nouvelles interventions thérapeutiques, et si elles procurent de meilleures espérance et qualité de vie que les traitements disponibles. »

Les essais cliniques modernes font l’objet d’un contrôle strict et d’une évaluation éthique afin de protéger la santé et les droits des participants. Tous les traitements contre le cancer disponibles au Canada font l’objet d’un processus de tests, à commencer par des tests en laboratoire suivi d’essais cliniques. Les essais cliniques comportent trois phases. Les premières et deuxièmes phases se font généralement avec un petit nombre de participants et ont pour but de déterminer l’efficacité et l’innocuité d’un nouveau traitement, les effets secondaires et la dose optimale pour une application donnée. Les troisièmes phases peuvent impliquer jusqu’à 3 000 participants et se déroulent généralement dans plusieurs villes.

La participation à des essais cliniques comporte plusieurs avantages importants. Cela vous permet, par exemple, de contribuer à l’amélioration des connaissances et des traitements liés au cancer du sein. En participant à un essai clinique, vous pouvez jouer un rôle intégral dans la façon dont le cancer du sein sera traité à l’avenir, mais aussi dans votre propre prise en charge. Cela vous permet également d’avoir accès à de nouveaux traitements et de bénéficier d’une surveillance plus étroite par une équipe d’oncologie spécialisée.

Toutefois, malgré ces avantages et le potentiel qu’ont les essais cliniques d’améliorer et de transformer la prise en charge du cancer, la participation aux essais cliniques faible, en particulier parmi certains groupes démographiques. En matière d’équité, les inégalités sont basées sur l’âge, la race, le statut socio-économique et le lieu de résidence. La méconnaissance, les fausses idées concernant les essais cliniques, la barrière de la langue, les contraintes financières et l’accès limité pour les personnes vivant dans les régions rurales ou reculées sont autant de barrières qui contribuent à la faible participation aux essais cliniques. En favorisant un accès équitable à ceux-ci, nous pourrons mieux comprendre les différentes formes du cancer du sein ainsi que la façon dont celles-ci répondent aux traitements dans les divers groupes ethniques, et nous nous assurer de l’efficacité des traitements pour tous indépendamment de leurs origines et de leurs conditions.

Si vous avez l’occasion de participer à un essai clinique, réfléchissez-y. Vous pourriez en tirer beaucoup d’avantages pour vous-même et, par la même occasion, améliorer la prise en charge du cancer du sein dans son ensemble. Si vous souhaitez participer à un essai clinique, téléchargez notre liste de questions à poser à votre équipe médicale. Vous pouvez également utiliser l’outil de recherche d’essais cliniques de Clinical Trials Ontario (en anglais) ou la base de données sur les essais cliniques de Santé Canada afin de trouver les essais cliniques qui recrutent au Canada.

Articles connexes :

  • 2018-05-02 00:00

    Les essais cliniques jouent un grand rôle dans la découverte de traitements innovants contre le cancer. Ils aident à établir l’innocuité et l’efficacité de possibles nouveaux médicaments. Pour les patientes atteintes d’un cancer métastatique, ils peuvent aussi s’avérer une option de traitement supplémentaire lorsque le cancer est devenu résistant aux médicaments habituellement utilisés.

  • 2020-03-24 00:00

    Selon une étude menée en 2014 par le Partenariat canadien contre le cancer, moins de 7 % des adultes atteints d’un cancer ont pris part à un essai clinique1. Cette situation s’explique peut-être par le fait que de nombreux patients atteints de cancer ne sont pas au courant des essais cliniques, qu’ils ne savent pas comment s’y inscrire ou qu’ils doutent de leur innocuité. Cette première partie de notre série de blogues sur les essais cliniques décrira en quoi ils consistent pour que vous puissiez décider d’y participer ou non en toute connaissance de cause.