Donner la parole aux Canadiennes préoccupées par le cancer du sein

Éducation

blogue À nous la parole

Pourquoi la qualité de vos soins devrait-elle dépendre de votre lieu de résidence ? Notre nouvelle campagne met en lumière les différences dans l’accès aux traitements contre le CSm au Canada

Saviez-vous que l’accès aux traitements contre le cancer du sein métastatique de stade IV (CSm) n’est pas universel au Canada ? Nous demeurons dans un pays qui promeut les soins de santé pour tous sans exception, mais l’accès aux traitements contre le cancer varie selon les provinces.

Des traitements novateurs contre le cancer du sein métastatique sont fréquemment mis au point. Même si cette maladie s’avère incurable, sa progression et ses effets peuvent être maîtrisés pendant de nombreuses années à l’aide des bons médicaments. Ces derniers concourent ainsi à prolonger la vie de bien des Canadiennes qui vivent avec un CSm. En moyenne, il faut deux ans pour que les nouveaux traitements soient couverts par les provinces. Dans certaines provinces toutefois, la décision de les rembourser ou non peut prendre encore plus de temps.

Pendant ce temps, de nombreuses Canadiennes :

  • Recourent à des traitements moins efficaces en attendant l’inscription du médicament sur la liste de leur province
  • Payent de leur poche les médicaments dont elles ont besoin
  • Réunissent tant bien que mal les fonds nécessaires en faisant appel à leur assurance privée, aux programmes d’aide aux patients offerts par les fabricants ou à des collectes de fonds

Si ces médicaments finissent par être ajoutés aux listes provinciales des médicaments remboursés, il est parfois trop tard pour certaines patientes qui n’y sont plus admissibles parce que leur cancer a continué à se propager. Certaines provinces, comme l’Ontario et celles de la région de l’Atlantique, ne couvrent les médicaments administrés à la maison (par voie orale, par opposition aux médicaments injectés par voie intraveineuse à l’hôpital) que si vous avez atteint un certain âge, habituellement 65 ans. Autrement, vous devez présenter une demande à votre assureur privé ou à un régime provincial d’assurance-médicaments, ce qui n’est pas une mince affaire.

Ce système disparate d’accès aux traitements contre le cancer du sein métastatique peut accroître inutilement l’anxiété et la peur. Le RCCS préconise la mise en place d’un régime national d’assurance-médicaments bien conçu qui soutiendra les Canadiennes vivant avec un cancer du sein de stade IV.

Écoutez ce qu’ont à dire des patientes et des médecins de partout au Canada à propos des impacts de cette situation sur leur vie et leur famille. Signez notre pétition pour appuyer les patientes qui vivent avec un cancer du sein de stade IV.

Visitez le www.mbcaccessmatters.ca/fr

Photo par Matt Quinn sur Unsplash