Donner la parole aux Canadiennes préoccupées par le cancer du sein

Éducation

blogue À nous la parole

Cinq points saillants de la recherche sur le cancer du sein

Nous désirons partager avec vous quelques résultats de recherche intéressants qui ont fait les manchettes récemment.

  1. Recevoir un traitement de chimiothérapie de façon continue (au lieu d’intermittente) a démontré des avantages pour les patientes atteintes d’un cancer du sein métastatique.
    Cet essai clinique de phase III comparait des patientes qui subissaient une chimiothérapie intermittente (4 cycles de chimiothérapie + une pause + 4 cycles) à des patientes qui suivaient un traitement de chimiothérapie sans aucune interruption (8 cycles de suite) dans un contexte de première ou deuxième intention de traitement. Recevoir une chimiothérapie de façon continue a démontré une amélioration de la survie globale et de la survie sans progression d’une part et le maintien d’une meilleure qualité de vie d’autre part.
    Apprenez-en plus (en anglais seulement)
     
  2. Omettre la chimiothérapie dans les cas de cancer du sein HER2+ se solde par des données de survie globale similaires et pourrait permettre à certaines patientes d’éviter des traitements toxiques supplémentaires
    Cet essai de phase II comparait le taux de survie du trastuzumab administré en association avec le pertuzumab au taux de survie obtenue lorsqu’une chimiothérapie était ajoutée à ces deux traitements. La survie globale des patientes qui n’avaient pas reçu de chimiothérapie était similaire à celle des patientes qui en avaient reçu, mais leur survie sans progression s’en trouvait réduite. Les données de survie globale ont démontré qu’omettre la chimiothérapie peut s’avérer une option pour certaines patientes. Des études plus poussées dans le cadre d’un essai de phase III sont nécessaires.
    En savoir davantage (en anglais seulement)
     
  3. Une dose plus faible de tamoxifène peut continuer à prévenir les récidives de cancers du sein in situ
    Les résultats d’une nouvelle étude provenant d’un essai clinique randomisé ont révélé que la prescription du quart de la dose habituelle de tamoxifène dans les cas de cancer du sein in situ permet de prévenir de façon efficace les récidives. Les cancers du sein in situ comprennent les carcinomes canalaires in situ (CCIS), les carcinomes lobulaires in situ (CLIS) ou les hyperplasies canalaires atypiques.
    Lisez-en davantage (en anglais seulement)
     
  4. Les complications dues aux mastectomies avec préservation du mamelon et les taux d’échec des implants continuent à diminuer au fil du temps
    Dans cette étude rétrospective, les chercheurs se sont penchés sur le taux de complications éprouvées par les femmes qui subissaient une mastectomie avec préservation du mamelon et le nombre d’échecs de la reconstruction avec implant. À partir d’une base de données de la clinique Mayo, ils ont découvert qu’entre 2009 et 2017, le taux de complications dans les cas d’interventions chirurgicales préservant les mamelons a diminué de 14,8 % à 6,3 %. Dans le même intervalle de temps, le taux de succès de la reconstruction pendant la première année est passé de 87 % à 100 %.
    Apprenez-en plus (en anglais seulement)
     
  5. Les données montrent que certaines patientes ayant un cancer du sein surexprimant la HER2 qui réagissent très bien à une chimiothérapie néoadjuvante pourraient ne pas nécessiter une intervention chirurgicale
    Cette étude s’est penchée sur les patientes ayant un cancer du sein surexprimant la HER2 qui étaient traitées par une chimiothérapie néoadjuvante suivie d’une opération. L’objectif était de déterminer quelles patientes pourraient se passer d’une intervention chirurgicale dans le futur. Elle a permis de conclure que les patientes atteintes d’un cancer HR+, celles qui avaient un CCIS au moment de leur diagnostic et celles dont les résultats s’avéraient non probants lors de tests d’imagerie de suivi après une chimiothérapie néoadjuvante ne constitueraient pas de bonnes candidates pour un traitement sans intervention chirurgicale. Cette étude contribuera à établir qui devrait participer à de futurs essais cliniques qui viseront à déterminer quelles patientes pourraient se passer d’une opération dans le cadre de leur traitement contre un cancer HER2+.
    En savoir plus (en anglais seulement)