By continuing to use our site, you consent to the processing of cookies, user data (location information, type and version of the OS, the type and version of the browser, the type of device and the resolution of its screen, the source of where the user came from, from which site or for what advertisement, language OS and Browser, which pages are opened and to which buttons the user presses, ip-address) for the purpose of site functioning, retargeting and statistical surveys and reviews. If you do not want your data to be processed, please leave the site.

La Voix Des Personnes Atteintes D'un Cancer Du Sein

Éducation

blogue À nous la parole


Category : Témoignages

Le bon côté du cancer du sein métastatique

Pour Shelley Scott de Winnipeg, le diagnostic de cancer du sein métastatique reçu en novembre 2016 avait un bon côté.

« Il m’a aidé à apprécier des moments dans ma vie au lieu de m’inquiéter de l’avenir. C’est en quelque sorte un cadeau », affirme-t-elle.

Elle raconte l’histoire de deux collègues qu’elle connaissait qui avaient planifié un grand voyage lorsqu’ils seraient tous deux à la retraite. Ils n’ont jamais entamé leur périple puisqu’un des deux est décédé.

Le cancer du sein métastatique fit de moi une battante

En août 2016, à 39 ans seulement, Erin Richard de Sydney en Nouvelle-Écosse reçut un diagnostic de cancer du sein métastatique triple négatif.

À la recherche d’un accès équitable et opportun aux médicaments

J’ai appris ce qu’était « l’accès équitable et opportun » aux médicaments oncologiques lors d’un atelier de défense des droits axé sur le cancer du sein métastatique offert par le Réseau canadien du cancer du sein en 2013. Je suis la première au Canada à qui Perjeta a été prescrit, soit quelques jours après son approbation par Santé Canada. Mon oncologue m’a fait part de résultats encourageants d’essais cliniques sur le blocage combiné, c’est-à-dire l’utilisation simultanée de deux médicaments contre le cancer du sein.

Se battre pour obtenir des médicaments salvateurs contre le cancer métastatique

Née et élevée dans Sud de l’Alberta, je suis déménagée à Calgary pour poursuivre mes études universitaires. J’y ai plus tard fondé ma famille. Je suis une personne âgée active qui chante au sein d’une formation de Calgary qui offre des prestations. Je voyage également avec mon mari. J’aime regarder du sport et des films à la télévision et passer du temps avec mes deux filles (qui vivent toutes deux à Calgary). Je reste en contact avec ma petite-fille qui habite actuellement à Victoria et je prends plaisir à observer mon petit-fils grandir et s’adonner à ses activités.

La disparition de mon cancer du sein métastatique

Le 19 juillet 2011, je reçus un diagnostic de cancer du sein. J’avais 33 ans et un fils de 10 mois. Je baignais encore dans cette nouvelle joie de la maternité. Lorsqu’une bosse que j’attribuais à un problème d’allaitement refusa de disparaître, je décidai d’aller consulter mon médecin.

Affronter un cancer du sein triple positif

Ma vie a basculé à jamais le jour où j’ai reçu l’appel téléphonique que tous redoutent. Tôt, un matin en mars 2015, mon chirurgien téléphonait pour me communiquer les résultats de ma plus récente biopsie. La bosse qui n’était probablement qu’un kyste bénin s’avérait en fait cancéreuse. Mon chirurgien a continué de me parler pour m’expliquer le diagnostic plus en détail. Cependant, la seule chose que j’ai entendue était que je souffrais d’un cancer. J’avais l’impression que mon monde s’effondrait.

À quoi ressemble davantage…

Il ne fait aucun doute pour nous que depuis ses débuts il y a quatre ans, notre gala Pink Ribbon Project (PRP) ne cesse d’être intéressant, émotif et éclairant. Nous prenons conscience de tout ce que nous avons accompli et appris, mais plus important encore, nous constatons où nous pouvons faire fructifier notre travail dans le domaine du cancer du sein.

Vous ne pouvez pas faire disparaître le cancer, mais vous pouvez améliorer la situation

Le 3 novembre 2011, j’ai reçu un appel téléphonique pendant que j’allais chercher mes fils, âgés de 2 et 4 ans, à l’école. Au bout du fil, il y avait le médecin de ma femme qui m’informait que Kate était atteinte d’une forme rare et agressive de cancer du sein. La confusion, la peur et la colère ont caractérisé les mois qui ont suivi. J’ai éprouvé de la difficulté à exprimer ce qui arrivait à ma famille d’une part et à prendre soin d’eux d’autre part.

Le cancer est sa quatrième maladie grave

Lorsqu’elle apprend qu’elle souffre d’un cancer du sein en mars 2016, Kim Bulpitt n’en est pas à sa première maladie grave. À 53 ans, cette résidente de Kitchener en Ontario avait auparavant reçu un diagnostic de maladie rénale en 1979, un de la maladie de Parkinson en 2008 et un d’arthrose en 2012, affection pour laquelle elle a dû subir une arthroplastie des deux genoux en 2014.

Une mère enceinte aux prises avec un cancer du sein agressif

Tanya Figg de Coaldale en Alberta était enceinte de six mois de son deuxième enfant lorsqu’elle reçut en août 2015 un diagnostic de cancer du sein invasif de stade III. Ce que représentait cette nouvelle pour elle-même et sa famille fut sa première pensée.