By continuing to use our site, you consent to the processing of cookies, user data (location information, type and version of the OS, the type and version of the browser, the type of device and the resolution of its screen, the source of where the user came from, from which site or for what advertisement, language OS and Browser, which pages are opened and to which buttons the user presses, ip-address) for the purpose of site functioning, retargeting and statistical surveys and reviews. If you do not want your data to be processed, please leave the site.

La Voix Des Personnes Atteintes D'un Cancer Du Sein

Éducation

blogue À nous la parole


Tag : breast cancer

Le cancer du sein métastatique fit de moi une battante

En août 2016, à 39 ans seulement, Erin Richard de Sydney en Nouvelle-Écosse reçut un diagnostic de cancer du sein métastatique triple négatif.

Se battre pour obtenir des médicaments salvateurs contre le cancer métastatique

Née et élevée dans Sud de l’Alberta, je suis déménagée à Calgary pour poursuivre mes études universitaires. J’y ai plus tard fondé ma famille. Je suis une personne âgée active qui chante au sein d’une formation de Calgary qui offre des prestations. Je voyage également avec mon mari. J’aime regarder du sport et des films à la télévision et passer du temps avec mes deux filles (qui vivent toutes deux à Calgary). Je reste en contact avec ma petite-fille qui habite actuellement à Victoria et je prends plaisir à observer mon petit-fils grandir et s’adonner à ses activités.

La médecine personnalisée : une révolution dans le traitement du cancer

Plus les chercheurs et les médecins en apprennent sur le cancer, plus ils prennent conscience qu’il n’existe pas d’approche uniforme pour le soigner. De nombreux facteurs doivent être considérés lorsqu’il s’agit de déterminer le meilleur plan de traitement pour chaque patient. Les nouvelles recherches contribuent à accroître les connaissances à tel point que les cliniciens commencent à personnaliser et à améliorer les traitements en se basant sur la génomique plutôt que sur la partie du corps touchée par le cancer.

Affronter un cancer du sein triple positif

Ma vie a basculé à jamais le jour où j’ai reçu l’appel téléphonique que tous redoutent. Tôt, un matin en mars 2015, mon chirurgien téléphonait pour me communiquer les résultats de ma plus récente biopsie. La bosse qui n’était probablement qu’un kyste bénin s’avérait en fait cancéreuse. Mon chirurgien a continué de me parler pour m’expliquer le diagnostic plus en détail. Cependant, la seule chose que j’ai entendue était que je souffrais d’un cancer. J’avais l’impression que mon monde s’effondrait.

Votre bras enflé est-il un signe de lymphœdème ?

Vos risques de souffrir d’un lymphœdème augmentent si vous avez subi une opération chirurgicale pour traiter votre cancer du sein. Le lymphœdème est une inflammation chronique du bras ou d’une autre partie du corps causée par une accumulation d’un fluide appelé lymphe. (Cette dernière a pour fonction de transporter les globules blancs et les déchets cellulaires dans le corps.) L’ablation des ganglions axillaires par intervention chirurgicale ou lors de la radiothérapie peut entraîner une obstruction du système lymphatique, d’où le lymphœdème. L’enflure peut se manifester peu après l’opération ou même des années plus tard.

« Rien pour nous sans nous » - Leçons importantes apprises lors du Breast Cancer Patient Group Forum

Quel poids ont les commentaires des patientes pour les décideurs ? Que pouvons-nous faire pour nous assurer que leur voix soit clairement entendue ? Ce sont quelques-unes des questions importantes dont j’ai discuté avec de nombreux autres participants au Breast Cancer Patient Group Forum, un événement annuel tenu cette année à Vienne, en Autriche.

À quoi ressemble davantage…

Il ne fait aucun doute pour nous que depuis ses débuts il y a quatre ans, notre gala Pink Ribbon Project (PRP) ne cesse d’être intéressant, émotif et éclairant. Nous prenons conscience de tout ce que nous avons accompli et appris, mais plus important encore, nous constatons où nous pouvons faire fructifier notre travail dans le domaine du cancer du sein.

Qu’est-ce que la densité mammaire et en quoi est-elle importante ?

Environ 40 % des Canadiennes, soit près de 3 millions de femmes, ont ce qu’on appelle une forte densité mammaire. Avoir les seins denses est normal et courant, mais cela peut également accroître les risques de cancer et nuire au dépistage. La densité mammaire influe sur la détection du cancer de même que sur le traitement et le pronostic des cancers diagnostiqués. De nombreuses Canadiennes ignorent leur densité mammaire. Leurs tests de dépistage s’en trouvent affectés, tout comme leur capacité à défendre leurs intérêts quand il est question de la santé de leurs seins. Pourquoi est-il si important de connaître et de comprendre la densité de vos seins ?

Vous ne pouvez pas faire disparaître le cancer, mais vous pouvez améliorer la situation

Le 3 novembre 2011, j’ai reçu un appel téléphonique pendant que j’allais chercher mes fils, âgés de 2 et 4 ans, à l’école. Au bout du fil, il y avait le médecin de ma femme qui m’informait que Kate était atteinte d’une forme rare et agressive de cancer du sein. La confusion, la peur et la colère ont caractérisé les mois qui ont suivi. J’ai éprouvé de la difficulté à exprimer ce qui arrivait à ma famille d’une part et à prendre soin d’eux d’autre part.

Mieux comprendre les obstacles au retour au travail après un cancer du sein

Pour certaines, reprendre le travail constitue une étape importante du cheminement après le traitement. Vous y êtes arrivée ; vous avez surmonté cette épreuve et le pire est derrière vous ! Cependant, réintégrer le marché du travail apporte son lot de défis.

Ce que des femmes de partout dans le monde vivant avec un cancer du sein métastatique m’ont appris

En juin dernier, j’ai eu l’occasion d’assister à l’Europa Donna Metastatic Breast Cancer Advocacy Conference en Italie. La présidente de notre conseil d’administration, Cathy, y avait été invitée à parler. C’est avec plaisir que je me suis jointe à elle pour faire connaître le travail de défense des droits accompli par le RCCS au Canada. Même si la plupart des participants représentaient diverses organisations, il était intéressant de constater que beaucoup d’entre eux étaient également des femmes qui vivent avec un cancer du sein métastatique.

Le cancer est sa quatrième maladie grave

Lorsqu’elle apprend qu’elle souffre d’un cancer du sein en mars 2016, Kim Bulpitt n’en est pas à sa première maladie grave. À 53 ans, cette résidente de Kitchener en Ontario avait auparavant reçu un diagnostic de maladie rénale en 1979, un de la maladie de Parkinson en 2008 et un d’arthrose en 2012, affection pour laquelle elle a dû subir une arthroplastie des deux genoux en 2014.

Discussions sur les lacunes de la couverture des médicaments contre le cancer lors d’une importante conférence canadienne

J’ai eu le privilège de participer à la conférence Approches optimales à l’égard des soins en oncologie au Canada du Partenariat canadien contre le cancer (PCCC). C'était la première fois que le PCCC accueillait cette conférence qui explorait quatre thèmes principaux de la lutte contre le cancer : les initiatives axées sur la qualité des soins, les aspects économiques des soins de grande qualité, l’amélioration de la qualité des diagnostics de cancer et la façon de surmonter l’inertie dans le système de lutte contre le cancer (pourquoi ne faisons-nous pas ce qui fonctionne ?).

Une mère enceinte aux prises avec un cancer du sein agressif

Tanya Figg de Coaldale en Alberta était enceinte de six mois de son deuxième enfant lorsqu’elle reçut en août 2015 un diagnostic de cancer du sein invasif de stade III. Ce que représentait cette nouvelle pour elle-même et sa famille fut sa première pensée.

Olive Us Care offre des services de garde d’enfants sans frais pour les familles confrontées à un cancer

Si vous ou votre enfant avez reçu un diagnostic de cancer et que vous avez besoin d’un service de garde dans la grande région de Hamilton en Ontario, Olive Us Care peut vous aider. 

Ce nouvel organisme de bienfaisance sans but lucratif offre gratuitement des services de garde à domicile pour les enfants de moins de 12 ans jusqu’à concurrence de 10 heures par mois. 

La fatigue liée au cancer : liste de questions et réponse

La fatigue étant un symptôme prédominant du cancer, le RCCS a fait appel à Georden Jones pour obtenir des conseils sur les moyens de l’atténuer. Georden est une étudiante au doctorat en psychologie clinique à l’Université d’Ottawa dont la thèse porte sur la fatigue liée au cancer. Elle s’attarde plus particulièrement à l’expérience des patients aux prises avec ce symptôme et à la façon de mettre en place des programmes d’évaluation et d’intervention dédiés à la fatigue reliée au cancer.

Ma vie aprés le cancer du sein

En 2013, j’ai rédigé « Ma vie après le cancer du sein » paru dans l’édition du printemps 2014 de Nouvelles du réseau du Réseau canadien du cancer du sein. Ça faisait quatre ans que j’avais reçu mon diagnostic de cancer du sein triple négatif localement avancé et trois ans que j’avais terminé les traitements. Je n’étais plus cancéreuse et je me sentais bien ; je chérissais ces années supplémentaires.

Mon témoignage sur le cancer inflammatoire du sein

Quand l’infirmière m’a téléphoné à 8 h 30 le 15 décembre 2015 pour me demander si je pouvais me rendre à l’hôpital dans la journée, je savais que c’était grave. De recevoir ce matin-là la confirmation que j’avais un cancer du sein m’a dévastée.

Mon récit

Lorsque j'ai soudainement reçu un diagnostic de cancer du sein plus tôt cette année, je suis vraiment tombée en état de choc durant les premières semaines. Je crois qu'il est faux de dire que le diagnostic est le début d'une traversée. Ce n'est pas une traversée. C'est un chemin de croix quant à moi.

Vivre consciemment et joyeusement avec le cancer

En 2003, j’étais une mère au foyer active et heureuse en ménage qui vivait à Calgary (en Alberta), la ville qui m’a vue naître et grandir. J’avais 46 ans et j’occupais mes journées en allant m’entraîner au gym, en étant bénévole à l’école et à l’église et en m’occupant de ma famille active. Mon fils avait 13 ans et mes filles étaient âgées de 11 et 8 ans à ce moment. Je me sentais en santé et pas trop stressée.